Kazhnuz

Il y a bien longtemps, vivait dans les contrées de mes ancêtres un jeune mathématicien. Il était vu et considéré malgré son jeune âge et sa trop forte fierté comme un puits de sagesse. Sa science expliquait la pluie et le beau temps. Il prédisait la course des astres, calculait le temps qui passait, et son savoir semblait inépuisables à ses pairs. Des occultes profondeurs de la démonologie aux secrets célestes de la métaphysique, nulle connaissance ne semblait résister à ses discours désinvoltes.

Un jour, on dit que ce mathématicien tomba sur une jeune personne, qui était atteint d’un mal de l’âme qui semblait incurable. Il fut content de pouvoir se rendre utile, parce que cela lui semblait être un mal qu’il avait bien connu. En effet, non seulement il avait beaucoup lu sur le sujet, mais il avait eut une affliction qui lui semblait bien proche. Alors, il lui parla. Rapidement, ils entretinrent une correspondance régulière.

Au début, tout semblait bien se passer. Les belles paroles du savant offrait réconfort et soutient à la personne atteinte du mal. Il semblait être expert, maîtriser totalement la situation, et le calme qu’il offrait face à toute situation semblait contagieux. Mais quelques crises de colères par-ci, quelques disputes par-là, ce fut les deux confiances qui s’ébranlèrent. Le magicien des sciences avait peur de perdre le contrôle, et la personne qui lui avait donné sa confiance commençait à douter de l’efficacité des actions du savant – actions qui tardaient à arriver.

Peut-être fut-ce à ce moment-là que le mathématicien aurait-dû se rendre compte de son erreur et de sa faute. L’erreur d’avoir cru qu’il saurait guérir avec la même facilité qu’il avait à jouer avec les arguments et les mots un mal profond et incrusté. L’âme de son prochain est un sujet bien moins léger que le nombre d’ange qui pouvait tenir sur une tête d’épingle.

Mais le mathématicien avait trop de fierté pour admettre qu’il avait tors. Petit à petit, il perdait le contrôle, et sa confiance en lui. Ses actions étaient erratiques. Un coup il semblait accepté les conseils que lui prodiguait son patient, et un coup il refusait tout en bloc. La science était avec lui et son entêtement, non ? Il ne savait plus quoi faire, mais ne voulait pas l’admettre… ne le pouvait pas ?

Un jour, l’événement inévitable arriva. Il avait perdu le contrôle. Las de son manque de contrôle, et remarquant l’aggravation de sa situation, son patient lui fit signifier que tout était fini. Qu’il n’accepterait plus ses traitements. Le mathématicien accepta cela pourtant bien facilement : cette situation de manque de contrôle lui avait été douloureuse, et il lui était plus simple d’abandonner tout en bloc, et de se dire que c’était juste son patient qui avait refusé son traitement pourtant si efficace.

S’il était triste de voir s’éloigner un être qu’il avait appris à chérir, le mathématicien était au fond de lui soulagé. Il se résolut à ne plus perdre le contrôle : Les sciences de la nature et des anges étaient bien plus simples que les âmes de ses semblables. Il avait peur d’échouer à nouveau, et se refusait de prendre le risque. N’aurait-ce pas été plus simple d’accepter d’écouter les autres ? Mais la solution ne lui vint même pas. Il s’éloigna alors petit à petit de tous ces semblables, et ne prodiguait que quelques banalités quand on lui demandait de l’aide dans les affaires de l’âme et du cœur. Ce n'était plus un domaine dans lequel il manquait de connaissance : c'était devenu un domaine indigne d'intérêt.

Et on dit qu’il ne resta au mathématicien que son orgueil pour seule compagnie.

Quelque part dans les contrées où les fées et les lutins continuent de se montrer à la vue de tous se trouvent une ville, Carillon. Avec ses murs d’une blancheur éclatente et ses toits d’un bleu profond, cette cité perchée sur les falaises tient son nom des cloches qui sonnent perpétuellement, faisant de chaque journée une mélodie nouvelle et envoutante. Cependant, un jour par semaine, elle se taisent, faisant le silence.

Bien souvent les voyageurs étonnés s’enquissent de l’origine de ce troublant silence – est-ce le souvenir d’une tragédie, est-ce un deuil qui force le respect d’un mystérieux mutisme à cette métropole de mélodie ? À cela les habitants leur répondent qu’il s’agit d’un jour de fête, le jour de l’enfant. Ce jour est le jour où le questionnement enfantin sauva toute la ville d'un dragon. Ce jour est le jour qui rappelle aux puissants de la ville que bien des choses les dépassent.

Et après cela, ils racontent cette intrigante histoire :

« Jadis, les cloche de notre cité sonnaient sans cesse, et jamais un seul jour ne s’arrêtaient. Elles sonnaient la paisibilité de notre vie, le faste de nos récoltes et la clémence de notre climat. Notre puissance effrayait nos ennemis, et nos murs immenses montraient que nous étions imprenable.

Cependant, un jour, une menace arriva dans notre ville, une menace venu du ciel. Un dragon, au regard de cendre et au cri de fureur tomba du ciel et nous attaqua à l’intérieur même de nos murs. Il terrorisait les passants. Son souffle était brulant et son cri terrifiant, et nous perdimes bien des combattants, ce jour là. Mais nous n’arrêtames pas nos cloches, nous ne voulions pas céder à la peur, abandonner notre façon de vivre. Nous voulions montrer notre force. Il sembla disparaitre le soir tombé, nous laissant dans une nuit d’incertitude.

Le lendemain hélas, il attaqua de nouveau. Il n’était pas parti, mais se déplaçait dans le dédale des ruelles. Alors nous montâmes une équipe pour aller le traquer. Nul de revint. Un nouveau quotidien de peur et de mort commença alors. Les soldats ne réussissaient à vaincre le dragon, et celui-ci semblait ne pas vouloir sortir. Mais toujours les cloches sonnaient, donnant courage et volonté aux habitants et aux chevaliers. Nous gardions foi grâce à leur mélodie.

L’enfant d’un magistrat, alors émit une hypothèse sur le dragon :

— Et si le dragon au souffle brulant et au cri terrifiant était celui qui avait le plus peur ? Nos cloches sonnent fort et nos murailles sont grandes, peut-être se croit-il piégé dans notre cité ?

Mais personne ne voulait croire en l’idée d’un dragon qui avait peur.

Alors le roi décida que de simple guerrier ne suffirait à occir la bête. Les uns après les autres, il appella les cavaliers les plus nobles et courageux du royaumes. De pieux et preux chevaliers, qui sauveraient Carillon du souffle du dragon.

Le chevalier Alembert, à la monture resplendissante, répondit à l’appel et s’en vint s’agenouiller devant le roi. « Je viens, monseigneur, sauver cette ville et votre royaume. Je m’en vais occir ce reptile et offrir sûreté aux habitants de votre cité ». Dans un grand galop, il s’attaqua au dragon. Mais celui-ci le broya immédiatement de ses puissantes pattes.

Le baron Hadrien, au courage incroyable, répondit à l’appel et s’en vint s’agenouiller devant le roi. « Je viens, monseigneur, sauver cette ville et votre royaume. Je m’en vais occir ce reptile et offrir sûreté aux habitants de votre cité ». Sans la moindre peur, il s’attaqua au dragon. Mais celui-ci le déchiqueta immédiatement de sa terrible mâchoire.

Le comte Rembert, aux pouvoirs anciens, répondit à l’appel et s’en vint s’agenouiller devant le roi. « Je viens, monseigneur, sauver cette ville et votre royaume. Je m’en vais occir cet animal et offrir sûreté aux habitants de votre cité ». Psalmodiant d’étranges incantations, il s’attaqua au dragon. Mais celui-ci l’écrasa immédiatement avec sa queue aux écailles dures comme le diamant.

Le duc Eusèbe, à l’épée étincelante, répondit à l’appel et s’en vint s’agenouiller devant le roi. « Je viens, monseigneur, sauver cette ville et votre royaume. Je m’en vais occir cette bête et offrir sûreté aux habitants de votre cité ». Brandissant sa lâme, il s’attaqua au dragon. Mais celui-ci le découpa immédiatement avec ses griffes asserées.

Le prince Amaury, à l’armure indestructible, répondit à l’appel et s’en vint s’agenouiller devant le roi. « Je viens, monseigneur, sauver cette ville et votre royaume. Je m’en vais occir ce monstre et offrir sûreté aux habitants de votre cité ». Sûr de son invulnérabilité, il s’attaqua au dragon. Mais celui-ci le carbonisa de son souffle flamboyant.

Pendant que les plus grand guerriers affrontaient le dragon, l’enfant avait petit à petit tenté de parler aux moines des églises. Après le décès du prince, ceux-ci acquiescèrent à l’idée d’arrêter les cloches. Et un beau jour, un mardi, il n’y eut plus aucun son dans la ville.

Tous, hommes, femmes, enfants, bêtes, tous découvraient parfois pour la première fois un monde en silence. Le dragon releva la tête. Son regard semblait moins fou, et il ne soufflait ni ne criait plus. Les derniers guerriers se préparèrent à l’achever, quand l’enfant passa devant eux. Des habitants poussèrent des cri d’effroi, à l’idée du sort que la bête allait faire à l’enfant. Le dragon allait-il broyer, déchiqueter, écraser, découper, carboniser l’unique personne qui avait pensé qu’il n’était pas une bête sauvage ?

L’enfant s’arrêta, loin du dragon, et resta debout, droit comme un piquet.

— « Les cloches ne font plus de bruit, tu peux partir. Je ne tenterais pas de t’en empêcher ou de te faire de mal ».

Le dragon regarda autour de lui. Son regard rougeoyant se posa sur l’être fragile qui se tenait devant lui. Le temps semblait comme arrêté, tous retenaient leur souffle. Brutalement, le dragon s’envola, et disparu dans le ciel.

La ville était sauvé.

L’enfant reçu les honneurs, mais ne vécu qu’une vie simple, en dehors des murailles de la ville. On raconte que dans son age avancé, le dragon vint chercher l’être qui l’avait épargné, avec la proposition de venir vivre de très longues dernières années avec eux. »

La légende qu’encore aujourd’hui, celui ou celle qui restera doux et silencieux pourra traverser la colonie du dragon, pour trouver une mystérieuse personne, à l’âge très avancé mais à la santé de fer, qui vous expliquera que même les nobles et fiers dragons peuvent avoir autant peur de vous que vous avez peur d'eux, et que parfois il faut savoir ne plus être puissant et effrayant pour pouvoir sauver ceux à qui nous tenons.

L'enfant et le dragon

Il avait été puissant. Il avait été grand. Mais désormais, il n’était plus rien.

Il se souvenait d’avant. De ce temps où encore on L’adorait, ce temps où encore on Le vénérait, ce temps où encore on Le craignait. Cette époque où Sa puissance était telle que Sa simple colère pouvait faire tomber des royaumes, des empires, faire s’effriter les montagnes et carboniser les forets. Il avait été un titan, il avait été le plus roi incontesté d’un panthéon. Les autres divinité tremblaient face à Sa puissance. Il se souvenait de ce temps bénit de Lui-même, où d’un simple mot Il avait ses désirs satisfaits. Il avait protégé son peuple élu avec une dextérité qui L’impressionnait Lui-même, qui L’avait conforté dans son rôle de chef de tout les titans. Qu’il avait fait croire qu’en fin de compte, il était un Dieu, au dessus des titans : Il commençait à s’identifier au Grand Créateur, l’unique divinité des divinité, celui que devait vénéré les titans.

Il avait acquis le pouvoir après une dure lutte. Son prédécesseur était devenu un tyran, obnubilé par la crainte qu’il serait remplacé par un nouveau roi des titans. Son prédécesseur écrasait d’une violence également seulement à sa terreur toute les nouvelles divinité. Ce despote divin les détruisait physiquement, leur brisait le corps pour leur empêcher d’atteindre une force nécessaire pour l’arrêter. Presques immortels, ils ne décédaient à leur blessures mais devaient conduire une vie éternelle d'obéïssance aux titans puissants, une vie ou jamais ils ne pourraient prendre la main. Certains fuyaient loin du plus grand royaume des titans pour échapper à ce sort funeste, devenant des petites divinités au peu de croyant.

Alors, Lui, encore jeune divinité qui cherchait à faire Ses preuve était intervenu, et avait montré Sa puissance. Il avait avec patience réuni d’autres titans exilés, cachés dans les royaumes lointains. Il avait avec patience conduit un peuple dans les royaumes humains à la gloire pendant un temps. Fier de Sa grande armée, il était parti à l’assaut du tyran, dans la plus grande ville du royaume aux dix capitales, le royaume des titans. Armée d’une grande faux, Il avait tranché net le règne de Son prédécesseur, et avait accompli le cycle : Il avait été couronné nouveau roi des titans et avait condamné à l'oubli l'ancienne cour.

Ensuite était venu un long règne, pendant lequel Il avait prit goût à sa puissance. Il avait contrôler Ses nations, il avait défendu son honneur pendant de longues guerres. Mais avec le temps, Il était devenu de plus en plus certain de sa toute puissance. Avec le temps, Il n’avait même plus prit le soin de s’assurer du soutiens de ses hommes. Il était désormais le nouveau Grand Créateur, n’avait-Il donc rien à craindre de simple titan ? Il était une divinité supérieure.

Après des siècles de règne, un nouveau jeune titan était venu devant lui, et voulait son trône. Chaque jour, il revenait le défier, mais échouait et devait . Les mois passèrent, rythmé par ce nouveau. Cependant, un jour, un piège Lui fut tendu. Son ambroisie quotidienne fut empoisonné. Il ne sut jamais lequel de ses titans L’avait trahi. Celui qui s’était prit pour plus qu’un titan, pour un Dieu, pour l’incarnation du Grand Créateur subit le sort d’une grande partie des rois titans qui se rendaient coupable d’hybris.

D’un coup de sabre, il fut à la fois mutilé et déposé.

Humilié, vaincu, il était désormais obligé de vivre dans l’ombre. Mais la revanche d’un ancien roi des titans venait toujours, elle intervenait lorsque le règne de son successeur s’achevait dans la souffrance.

Il était patient.

Il avait tout son temps.

#Inktober2017 - Day 24. Fall

Au centre des bois se trouvaient une épée. Toutes les antiques légendes disaient que les épées cachées au fond des forêts mystérieuses étaient le moyen de sauver des royaumes, d’occire un être maléfique ou d’obtenir gloire et puissance.

Peut-être fut-ce pour cela que celle-ci fut aussi dangereuse.

Sa lame pure, construite dans l’un des plus solide métal, était dite comme étant capable de couper à travers l’âme même. Ses ornements composés des gemmes les plus précieuses trouvable, était dite comme renfermant le plus puissant des sortilèges. Cette arme sacrée était dite comme étant l’unique arme capable de vaincre les ennemis les plus dangereux.

Depuis des siècles, les royaumes se sont battus pour l’obtenir. Nul n’est capable de compter toute les fois où les bois sacrés furent pris d’assaut afin d’acquérir la lame cachée. La guerre ravagea plusieurs fois toute la forêt, mais les armées s’exterminèrent avant que l’une d’entre elle fut capable d’obtenir l’arme tant convoitée. À travers les ages, la légende de la lame continua à fasciner. Combien de noble furent assassiné pour qu’un roi obtiennent le pouvoir sur la région de la forêt, dans l’espoir d’un jour aller quérir l’arme légendaire ? Combien de complot naquirent dans le but de réussir à détruire la surveillance du souverain de la région pour aller fouiller la forêt, brisant des vies entières juste pour le pouvoir ? Le plus surprenant fut que personne ne ressorti jamais de la forêt avec la lame.

Un jour, un chevalier décida d’entrer dans la forêt, convoitant la lame pour mettre le fin à un danger des plus grands. Il fit la guerre à tous ses adversaires dans l’obtention de l’épée légendaire. De sa main, il mit fin aux jours de brigands, d’autres chevaliers, de roi, de simple paysan qui cherchaient la lame pour mettre fin à leur sort de misère, des ducs. Le chevalier se disait qu’une arme aussi puissante ne devait être que dans les mains d’une personne sage et pieuse. Et quand on doit l’être pour avoir le pouvoir, n’est-on pas toujours prêt à sincèrement penser qu’on est sage et pieux ? Le chevalier traversa la forêt, pourfendant de son épée les monstres qui y vivait. Si l’épée était aussi puissante que cela, ces créatures effrayante ne pouvait être que des épreuves pour atteindre son but. Et au bout de journée passé dans les profondeur du bois, il arriva à son objectif, et un trouva l’épée.

Devant lui se tenait une simple lame, rouillée par le temps, qui tenait à peine en place dans un trou un peu trop grand. Ce qui avait du être un bel ouvrage d’art jadis, mais qui ne contenait ni magie, ni puissance divine.

Tel était le premiers des pouvoirs de l’arme légendaire. C’était celui des rumeurs et des légendes, c’était celui des histoire qui se déformaient et s’amplifiaient. Si cet objet était convoité, c’était qu’il était puissant. Et sa puissance supposée le rendait encore plus convoité. Peut-être n’était-ce qu’un ménestrel de jadis qui avait planté cette arme, comme moyen d’embellir ses futures chansons.

Le second pouvoir était celui de l’ironie tragique : Il ne restait plus rien au héros ayant convoité l’arme, plus de raison de vivre. Tout son trajet avait été justifié par la puissance de l’épée, son danger et ses promesses. Chaque mort de sa main n’était qu’une étape vers ce qui lui permettrait ensuite de se racheter. Si l’épée n’était pas la source du sauvetage du monde, quel sens avait le champ de corps sans vie qu’il avait laissé sur son chemin ? Si l’épée n’était pas une construction divine, les monstres n’étaient-ils pas simplement les habitants de la forêt ?

Le chevalier compris alors pourquoi personne ne revenait, et pourquoi lui non plus ne reviendrait pas. L’homme ne serait-il prêt à vivre avec autant de mort sur la conscience, uniquement en échange de la puissance ou de la gloire ?

#Inktober2017 - Day 6. Sword

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Quelle est la première lettre du mot elye ?