Kazhnuz

L'inquisition ordinaire

Une marche paisible dans la rue.
Une simple envie de prendre l'air.
De profiter d'un beau temps.
Une chose simple.
Qui soudain devient cauchemar.

Une foule d'autres.
Ombres anonymes.

Un simple détail qui nous démarque.

Les remarques et regards qui fusent.
Ou du moins les entend-on.
Ou du moins les voit-on.
( Ou du moins le croit-on ? )

Nous sommes trop ceci.
Nous ne sommes pas assez cela.

Un seul désir subsiste encore.
Devenir invisible.
Échapper à jamais à ce regard.

Ce regard qui toujours juge.
Ce regard qui toujours critique.

Le silence

Savoir quoi dire n'est pas toujours difficile.
Parfois ce n'est pas l'absence de message qui isole.
Parfois, le silencieux n'est pas celui qui ne sait pas.
Parfois, mettre en ordre les mots est difficile.

Ces jours-là, rien ne sonne juste.
Ces jours-là, les mots perdent leur sens.
Ces jours-là, tout est dissonant.
Comment alors encore parler ?
Comment alors encore rire ?
Comment alors encore même pleurer ?

Dire à une personne que l'on tient à elle.
Mais seul le silence règne.
Dire à une personne qu'elle nous fait souffrir.
Mais seul le silence règne.
Vouloir se révolter contre tout les microtyrans du quotidiens
Mais seul le silence règne.

Enfermé dans un mutisme, enfermé dans sa propre conscience.
Les seuls mots dit sont ceux du quotidiens.
Mots tellement répétés et utilisés qu'ils en sont usés.
Est-ce la complexité de nouveau mot qui effraie ?

Les phrases difficiles sont pourtant simple.
Parfois est-ce juste « oui » ou « non »
Parfois est-ce un « je suis là ».
Mais le mutisme reste. Encore et toujours.
Le mur est invisible mais présent.
La peur est impalpable mais présente
Dans ces mots devenus morts de n'être usés.

Est-ce l'impression de devoir dire quelque chose d'exceptionnel ?
Est-ce la peur que le message soit mal compris, mal prit ?
Est-ce l'envie que le message soit beau par lui même,
Comme le serait une simple forme vide ?

Le silencieux lui même ne le sais pas.
Le silencieux n'a que quelques mots résonnants inlassablement.
Le silencieux ne sait que dire, le silencieux est perdu.
« Je ne peux pas »

Et alors encore une fois il se tait.
Et alors encore une fois il a perdu.

Le silence

Ouverture

Bonjour et bienvenue dans mon petit cirque,
Théâtres des passions, jeu d'âmes simulées.
C'est un faux monde qui s'offre a vous,
Reflets d'un univers d'altérité et de similarité.

Bonjour et bienvenue dans la plume d'un esprit,
Un parmi tant d'autre, un comme tant d'autre.
Est-ce son unicité qui le rend similaire ?
Est-ce sa similarité qui le rend unique ?

Bonjour et bienvenue dans mon petit monde.
Ici la nuit est blanche et les jours sont noirs.
On y parle de souffrance, de mort, de vie et de joie.
Les rires des enfants et leurs cris sur les mines

Bienvenue dans un monde impur, sans extrêmes ni milieu
Si vous voyez tout en rose, quittez ces lieux.
Si vous voyez tout en noir, quittez ces lieux.

Bienvenue dans l'antre de celui qui aime choquer,
Qui aimer exagérer exprès pour voir les gens réagir,
Qui adore voir les gens pour un rien s'exciter,
J'aime voir dans les regards le dégout et le mépris.

Peut-être suis-je un esprits tordu, incapable de faire le bien,
Mais vous savez, ne me cherchez pas d'excuse, ce n'est pas la peine.
Je ne mérite pas que l'on essaie de rattraper tout ce que j'écris ici,
Parce que je fais tout cela simplement pour le plaisir.

Par delà moi, on va vers les folies banales.
Par delà moi, on va vers les petits souffrances.
Par delà moi, des âmes errantes, perdues sans grandioses.
Par delà moi, plus de justice mais quelques rares réconforts.

Je ne suis qu'une autre porte des enfers,
Mais d'un enfer minuscules, banal, et perdu entre d'autres.
L'enfer que vous voyez toujours ou bien sans cesse ignorez.
L'enfer et le paradis sont partout, regardez tout autour de vous.

Si vous n'aimez pas que des gens soient différents de vous
Si vous ne voyez que des « Autres » qui vous dégouttent dans ceux qui aiment faire penser.
Alors vous ne vivrez que dans une bulle.

Ouverture

Quelle importance ?

Quelle importance, les idioties dites par des politiciens ?
Quelle importance, les insultes arriérées de quelques esprits étriqués ?
Quelle importance, les vieux fous qui nous pense jeunes imbéciles ?

Quelle importance, quelques des inscription sur les murs ? Quelle importance, les disputes parce que machin a médit sur truc ?
Quelle importance, les attaques parce que je suis bizarre ?

Je suis blasé d'être blasé,
Je ne sais plus quoi penser.
Je vois le monde a feu et a sang,
Tout espoir s'est brisé depuis longtemps.

Quelle importance, la fatigue de nuits passées devant un écran ?
Quelle importance, la santé foutue à bouffer des cochonneries ?
Quelle importance, l'avenir inexistant suite a des études spécifiques ?
Quelle importance, mes rêves et mes cauchemars ?

Quelle importance, que je sois punk et aime les poney roses ?
Quelle importance, que je ne suis pas un « vrai mec » ?
Quelle importance, si je porte parfois une jupe ?
Quelle importance, que je sois « dépravé » et fasse partie de la « décadence » ?

Quelle importance, que je fasse sans doute exprès de dire fuck à leur principe ?

Je vois même les gens intelligents s'engueuler,
Ne jamais chercher à régler les problèmes, toujours crier.
Je me contente de les regarder de loin, ce ne sont pas mes affaires.
Je n'aime pas me trop me confronter à la connerie de mes soi-disant confrères.

Quelle importance, que je vous sache pas comment dire « je t'aime » ?
Quelle importance, que je n'agisse pas et laisse les choses faire ?
Quelle importance, que je ne bosse pas assez pour des choses qui ne m'intéressent pas ?
Quelle importance, que j'ai du laisser tomber mes rêves depuis longtemps ?

Quelle importance, que je n'aime pas me prendre la tête pour des trucs stupides ?
Quelle importance, si c'est aussi vrai pour ce qui est important ?
Quelle importance, qu’on m’accuse d’être bi juste pour « attirer l’attention » ?
Quelle importance, le fait d'être totalement démondé et du coup presque à la mode ?

Quelle importance, qu'en essayant d'être différent je ressemble à d'autres ?

J'aime la vie, mais tout me fatigue,
A l'exception de quelques activités et quelques potes.
Je suis un de ceux qui sont déjà vieux sans avoir vingt ans.
Je me pense pathétique mais cela ne me fait que marrer.

Quelle importance, qu'un tel soit un peu bizarre ?
Quelle importance, qu'un autre tel me fasse un peu peur ?
Quelle importance, que moi même je me fasse peur ?
Quelle importance, qu'on m'ait déjà fait du mal ?

Quelle importance, des vérités qu’on ne peut connaître ?
Quelle importance, métal ou électro ? Quelle importance, Sonic ou Mario ?
Quelle importance, les fandoms. Quelle importance les fantasmes bizarres ?
Quelle importance, un enfant de 12 ans qui « dénature » un univers ?

Parfois un peu de tolérance ferait du bien.
Les gens aiment se crêper le chignon pour un rien.
Parfois j'aimerais voir ces singes-hurleurs se taire pour de bon.
Parce que souvent cela m'agace de les voir s'agiter et crier comme des cons.

Quelle importance, de laisser une trace ou non dans le monde ?
Quelle importance, de servir à quelque chose ou de ne servir à RIEN ?
Quelle importance, de « gâcher tant de capacité » ?
Quelle importance, ce qui aurait put être mais qui n'est pas ?

Quelle importance, que le monde ne veuille pas de nous ?
Quelle importance, que la société nous laisse nous reclure ?
Quelle importance, qu'on soit des Robinson sur internet ?
Quelle importance, tant qu'on accepte des gens sur notre île ?

Quelle importance, toutes les barrières, les petits ou gros soucis ?
Quelle importance, que je constate tout ça et ne fait rien ?

Quelle importance, si je suis heureux de vivre comme je suis ?
Quelle importance, que je fasse ce poème stupide et égocentrique ?

La-la-la-la-la-la. La-la-la-la-la-la.
La-la-la-la-la-la. La-la-la-la-la-la.
La-la-la-la-la-la. La-la-la-la-la-la.
Quelle importance, l'absence de parole ?

Quelle importance, que le monde se mettent à feu et à sang ?
Quelle importance, que le sol s'effondre sous nos pieds ?

Quelle importance... Ceci ou cela ?
Quelle importance... Tatatatatata ?
Quelle importance... truc ou machin ?
Quelle importance... l'importance de l'importance ?

Quelle importance ? J'en sais rien.

Quelle importance ?

Dans la nuit aux milles bruits, Dans un monde aux cruautés incessante, Mais bien à l'abri sous mon toit, Je laisse aller mon imagination, A un souhait sauvage, rêvasserie barbare.

Je veux voir le monde brûler, Les villes partir en cendre. Mairies, symboles d'un pouvoir, Églises, tout ce qui est sacré, Je veux que tout cela soit happé par les flammes.

Je ne suis pourtant pas un grand rebelle, Pas un robin des bois des temps modernes, Je connais les injustices mais m'en préoccupe peu, Je vis ma vie sans voir celle des autres, Autres qui me le rendent bien.

Je veux voir la foule devenir braises, Chaque personne devenir flambeau La graisse ne serait plus qu'un inflammatoire Les vies plus qu'un moyen de nourrir le feu Qui chaque jour ravagerait un peu plus ce monde.

Suis-je un fou, suis-je pyromane ? A ne vouloir qu'apocalypse sur la Cité, A ne vouloir chez mon semblable que l'ultime souffrance. Les gens ont toujours voulus m'enchainer, me rétracter en moi, S'ils ont gagné, ils n'auront qu'une victoire à la Pyrusse.

Catharsiques calcinations, L'humanité n'est que tas de carbone... Imaginations salvatrices. Représentations synaptiques de pulsions meurtrière, Qui n'auront court que dans mon psyché.

Un monde de flamme, un monde de braise. Une civilisation qui pensait voir son apogée Désormais plongée dans la déchéances. Verrais-je un jour cela ? Verrais-je le sublime de l'incendie qui emportent vies et foyer ?

Je regarde avec envie mon briquet. D'habitude instrument d'un plaisir au gré d'une vie, Est ce que ma mort lente deviendra pour eux mort rapide ? Sombrerais-je finalement dans cette folie que j'ai toujours voulu contenir ? Laisserais-je sortir les pulsions qui sommeille en moi depuis longtemps ?

Un si bel incendie... Beauté éphémère d'une flamme fatale.

Je ne dois pas sombrer, je ne dois pas sombrer.

Je veux voir le monde bruler, Les villes partir en cendre. Mairies, symboles d'un pouvoir, Églises, tout ce qui est sacré, Je veux que tout cela soit happé par les flammes.

Ne pas sombrer... Ne pas sombrer...

Je veux voir la foule devenir braises, Chaque personnes devenir flambeau La graisse ne serait plus qu'un inflammatoire Chaque âme de ce monde un moyen de nourrir le feu Qui chaque jour ravagerait un peu plus ce monde.

... Ne pas... ... Ne pas...

Catharsiques calcinations. Imaginations salvatrices. Qui n'auront court que dans mon psyché.

Et si ce n'était que mon être Que j'aimerais voir bruler ?

Que le monde brûle

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Quelle est la première lettre du mot txhfvm ?