Avantage

Le tir de l’arquebusière s’entrechoquant avec le bâton renforcé d’Iria retentit dans la clairière. Les deux jeunes femmes se regardaient, tournant l’une autour de l’autre à la recherche d’une ouverture, en attente que l’autre fasse une erreur. Iria avait poursuivi la hors-la-loi dans toute la ville de Linnes, avant d’arriver dans une clairière où elle avait été pris.

Mais la chevalière du feu n’avait pas peur d’une simple guerrière, même utilisant les techniques de la guilde de la foudre. Elle ne s’était entraînée toute son enfance et ni n’avait endurée les stupidités d’Oreste pour abandonner à la première difficulté. Iria sauverait toute les personnes sur son passage, quelle qu’elles soient.

Mais l’arquebusière de la foudre n’avait pas peur d’une simple chasseuse de prime, même utilisant les techniques de la guilde du feu. Elle n’avait pas forcée son entrée chez les mètres de l’électricité, ni préparé minutieusement la destruction des caméra de Linnes pour abandonner à la première difficulté. Ether aurait la vie facile qu’elle n’aurait jamais pu avoir autrement.

L’arquebusière risqua un autre tir. Le tir électrique traversa à une vitesse considérable, juste pour être bloqué avec précision par le bâton de la chevalière. Même si les chevaliers du feu n’avait pas de bouclier – ni de cheval, par la même occasion – leur utilisation des armes comme bouclier était légendaire. Cependant, l’arquebusière n’était pas en reste elle-même, esquivant un coup de baton de son ennemi.

Ether était une lierbille, une espèce d’Aestrus connue pour sa petite taille, mais également pour son agilité encore plus grande que les raggins – l’espèce d’Iria. Cela lui permettait de rester à distance, ce qui était parfait pour son arme.

— Abandonne, gamine, j’ai l’avantage sur toi, railla Ether. J’ai une arme à distance, et tu ne pourras pas parer tout mes tirs.

Comme pour démontrer cela, elle tira de rapide salve sur son ennemie. Si celle-ci réussi par de souple mouvement à en éviter un, puis à bloquer avec son bâton le second, la jeune raggins se pris un tir dans le bras. Si son armure légère parvenait à encaisser une grande partie du choc, l’électricité parcouru son bras, l’ankylosant.

Iria grognait.

À coup de boule de feu, elle pourrait atomiser cette petite insolente, la réduire en cendre. Cependant, elle connaissait une règle du deal avec Oreste : « non-léthal ». Plus facile à dire qu’à faire ! Surtout quand le « faire » . Cependant… elle était d’accord avec cette règle, ce qui l’énervait encore plus. Elle n’avait pas envie de tuer la lierbil – même si lui casser un bras ou lui donner une bonne brulure lui semblait une possibilité tout a fait convenable vis à vis des circonstances.

Elle dut se jeter sur le côté, pour éviter quelques autres tirs. Les salves éléctriques fendirent l’air jusqu’à quelques rochers en arrière plan. C’était pas bon.

— Aller, je t’ai dit d’abandonner ! Je ne veux pas te tuer, laisse juste moi tranquillement vivre ma vie, et je te laisserais jouer à l’héroïne sur d’autres pigeons !

Iria se releva cependant quand même, et arrêta malgré son bras ankylosé un nouveau tir de la lierbil. Elle s’élança, donnant un immense coup de baton circulaire, pour tenter de faire tomber Ether. Celle-ci, cependant, d’un bon leste passa au dessus d’Iria, et lui tira cette fois dans la jambe, forçant la chevalière du feu à mettre un genoux à terre.

La lierbil regardait son ennemi touchée. Elle semblait guetter ses options, sans doute préférant voir comment son adversaire allait réagir avait de continuer à tirer. Ether ne semblait pas spécialement vouloir éliminer son ennemi, plus assurer sa propre protection. De plus, elle se sentait bien plus sûr qu’au départ. Elle avait un peu eu peur en voyant une chevalière du feu à sa poursuite, mais celle-ci ne semblait pas si forte, en fait.

Iria pris son bâton avec une main. Un bras inactif rendait ses chances bien plus faibles. Une jambe inactive le rendait impossible. Cependant, un petit sourire arrogant ornait son visage. Iria avait déjà vu tiquer la jeune lierbil à sa première attaque de feu, à l’intérieur de Linnes.

Elle savait quoi faire.

— J’ai l’avantage, répéta de manière menaçante la lierbil. Je peux t’abattre sans soucis à l’heure actuelle.

— Tu le répète trop, ma chérie, répondit avec amusement Iria. On y croit de moins en moins.

Le regard d’Iria sembla s’enflammer. Autour d’elle, un cercle de flamme se formait. La lierbil s’arrêta net. Elle se sentait paralyser. La silhouette de son adversaire semblait prendre feu. Non, elle l’avait l’aventage ! Il suffisait qu’elle tire. Mais alors qu’elle se prépara à tirer, elle vit des grands arcs d’énergie bleu apparaître spontanément autour d’elle, et la faire chuter à terre.

Des arcs anti-magie.

Tentant de bouger pour profiter de son agilité naturelle, elle vit qu’elle était complètement paralysée.

Elle avait subit un tir dans le dos. Mais pas d’une arme comme la sienne. Un simple petit pistolet paralysant, utilisé généralement par les membres du magister… mais aucun ne se déplacerait ici pour elle.

— Sup’, fit simplement une voix autour d’elle.

La jeune hors-la-loi se retour, et vit un jeune canensis arriver. Le jeune homme d’environs 16 ans, à la fourure blanche et à la tenue d’aviateur s’approcha de la rongeur, avec un grand sourire. Il avait effectivement une arme paralysante magisterienne en main… mais aucun uniforme ni rien.

— Tu en as mis, du temps, protesta la raggins.

— Désolé, j’attendais le bon moment, fit paresseusement le nouvel arrivant.

— Sérieux Oreste ? Le bon moment ? Tu crois vraiment à tes conneries ?

La lierbil écarquilla les yeux en reconnaissant à qui elle avait affaire. Le canensis Oreste Alisée. La plupart des gens avaient entendu parler du sans-guilde à l’arme paralysante. Un mercenaire, qui refusait d’appartenir à toute guilde, et qui déjouait ses ennemis avec divers gadgets. Il était surtout connu parce qu’on disait qu’il exaspérait même l’archidiacre de l’Église d’Alicia.

Elle le vit s’assoir à côté d’elle.

— Pourquoi tu as attaqué la banque de Linnes ? demanda-t-il. Y’a pas trop eu de blessé donc on peut discuter, mais je me demandais quel était ton motif.

— En quoi ça te concerne ? répliqua la voleuse.

Oreste eu un sourire. Iria, elle, soupira. Oreste allait faire son Oreste.

— Oh, je me demandais juste à quel point tu devait être plongé dans les grandes affaires de la ville, dans les petits papiers du maire pour avoir bien fait en sorte qu’il n’existe aucune preuve visuelle contre toi. C’est combien que tu es pay-

— Ferme-là ! Réagit la jeune femme, irité par les ineptie du canensis. Tu crois que la vie c’est facile à Linnes ?! Qu’on peut être dans les petits papiers du maire ? Ce que je veux, c’est de la thune, changer de ville, et me barrer de Linnes. Cette ville c’est la misère. Quand t’y viens, tu es enfermé dans un piège, on t’endette pour te garder. Ce que je voulais, c’est me débarrasser des miennes, et pouvoir me barrer dans une autre vie.

Oreste claqua des mains, ce qui exaspéra encore plus Iria. Elle devinait parfaitement le but de son accolyte… et devait s’avouer qu’elle n’était pas totalement en désaccord, d’un point de vue purement « avantage objectif ».

— Parfait ! Je me suis occupé de terminer ton travail pendant que tu prenais la fuite suivie par Iria, ce qui fait que tout tes objectifs peuvent être rempli simplement en rejoignant mon groupe !

— quoi.

Ether avait répondu platement, sans émotion, sans compréhension.

Est-ce que ce canensis l’avait cuisiné, avait dit avoir ses objectifs pour l’inviter dans son groupe ?

— Bah tu vois, tu veux une vie plus cool que celle que tu as à Linnes. Cependant, tu restes une criminelle, donc ça peut être chaud si les gens commencent vraiment à chercher et se disent « Mmh, cette personne voulant un poste chez moi fait partie des suspects d’une infraction bancaire ». Cependant, si tu es une mercenaire errante dans un groupe, les gens vont plutôt juste chercher si le groupe entier a pas genre tuer des princes ou autre banalité du genre.

— Et ça se dit pacifiste, ricana Iria.

Oreste l’ignora, roulant des yeux. Il alla s’adosser à un arbre, s’allongeant sur le sol comme une pierre.

— Bref, je vais pas te forcer. Cependant, je pense que pour toi comme pour nous, nous rejoindre serait cool. Surtout que tu vas voir, je suis super doué en pâtisserie. Je dirais pas qu’on a rien a perdre si tu dis non, à part une super arquebusière, même si notre cote en bourrin va être de 2/3. Mais bon, ça fait partie du jeu j’imagine. Et je suis certain qu’Iria te pardonnera vite.

— Oh, disons que je la forcerait juste parfois à gérer les tentes, ramener la bouffe, et qu’elle me remplacera pour toute les corvé vous vous débrouillerer ensemble, répondit sarcastiquement la raggins.

Ether compris alors pourquoi Oreste était connu. C’était un de ces fourbe qui faisait ses petits plan derrière un air faussement idiot. Un de ces petits manipulateurs, qui faisait ses coups par derrière pour garder toujours l’aventage.

Elle soupira.

A vrai dire, elle n’avait pas spécialement prévu ce que serait sa belle vie… et même si elle avait combattu la raggins, l’idée de se battre à ses coté ne lui déplaisait pas totalement : le peu qu’elle avait vu lui semblait admirable… même si cela la mettait aussi un peu mal à l’aise.

Elle accepta le marché.

Au revoir limite de mot. Au revoir. Je t'aimais bien, mais je t'ai un peu dépassé.

Iria et Oreste rencontre Ether. La team se forme. J'en suis pas hyper content, il aurait mérité en fait d'être une vrai nouvelle, faudra peut-être que je le reprenne.

Prochain theme : Fontaine ! Je devrais être plus inspiré sur celui-là.

Au revoir limite de mot. Au revoir. Je t'aimais bien, mais je t'ai un peu dépassé.

Iria et Oreste rencontre Ether. La team se forme. J'en suis pas hyper content, il aurait mérité en fait d'être une vrai nouvelle, faudra peut-être que je le reprenne.

Prochain theme : Fontaine ! Je devrais être plus inspiré sur celui-là.

Les commentaires sont fermŽs !